10Divergence et autres égarements

«Divergence et autres égarements» vous propose trente-et-une photographies abstraites, qui vous transportent dans un univers irréel.

En saturant la mémoire d’un boitier numérique, il est proposé qu’en ajoutant constamment de l’Information, on ne rend pas forcément le message plus clair. Une réflexion sur les problèmes de démence chez l’humain, et plus particulièrement sur la maladie d’Alzheimer.

Présentée du 15 juin au 6 septembre 2017 au Site patrimonial de pêche Matamajaw, à Causapscal.

9Et maintenant!

Exposition en cours

Du 3 juin au 10 octobre 2017, en extérieur, à la Maison des gouverneurs, 90 chemin des Patriotes, à Sorel-Tracy.
«Et maintenant!» vous propose un tour de ville, pour souligner le 375e anniversaire de Sorel-Tracy.L’histoire d’une communauté s’écrit un peu chaque jour. C’est donc à travers une série de portraits que je vous présente les gens qui participent à l’écriture du présent chapitre. Ces gens sont à la fois un clin d’œil à ceux qui ont précédé et une main tendue vers ceux qui écriront les suivants.

8Entre vous et…nous

ENTRE VOUS ET…NOUS, c’est 72 portraits noir et blanc, nous présentant ces gens qui font battre le cœur du Vieux-Beloeil.

Mon quartier, c’est avant tout les personnes qui y vivent. De décembre 2015 à mai 2016, j’en ai fait le tour, me permettant d’entrer ici et là afin de rencontrer les gens qui l’animent et de dresser un portrait aussi large que possible de mon milieu de vie.

Voyez la suite de cette série de photos dans le menu Projets spéciaux.
Présentée du 29 juin au 28 novembre 2016 au parc des Patriotes, à Beloeil.

7Divergence

DIVERGENCE, une série de photographies longues expositions combinées à du mouvement nous amenant dans des univers improbables.

La photographie est ici un geste. Luc Roy partage avec nous une vision captée à vif par un mouvement de la caméra, créant une poésie complexe où la réalité se fait écho. Roy choisit de se confronter aux limites de l’appareil photo, manipulant la lumière brute, rendant le procédé d’exposition visible et lyrique.  Il manie la lumière en tant que matériau d’art, cherchant à saisir ce moment où on pressent tout le potentiel d’une vision. Roy décrit sans définir, capte sans étouffer. Profitant de l’instantanéité du numérique pour jouer de vitesse avec la lumière, il documente ainsi des mondes invisibles.

Voyez la suite de cette série de photos dans le menu Projets spéciaux.
Présentée en février et mars 2015 à la Maison de la culture Villebon, Beloeil
Présentée en avril 2014 à la Galerie Dosha

6virage

Virage

Cette série de photographies illustre le virage réalisé lors d’un stage photo à Arles en août 2012. J’avais l’habitude de prendre mes photos à la sauvette. Je photographiais les gens alors qu’ils l’ignoraient. J’ai voulu changer cette pratique. Maintenant je choisi de faire face. J’obtiens d’abord l’accord de la personne photographiée. J’établis un contact, je dirige le modèle et je contrôle le résultat.

Présenté au 34, rue du Docteur Fanton, à Arles (France), en août 2012.
Projet photo, réalisé pendant les stages des Rencontres d’Arles sous la direction de Léa Crespi.

5Gestuelle tunisienne:

Sauvages

À l’autre bout du monde, quand votre guide tient absolument à vous faire voir les mêmes endroits qu’il montre à tous, que les mêmes figurants vous courent après pour être pris en photos, mais le goût de rapporter quelques chose de différent vous habite. Je vole donc quelque photos ici et là, question de capter l’ambiance du lieu, puis je reviens à ce qui me plaît le plus; la main, ou plus précisément, le geste. Visiter la Tunisie, non pas par les lieux qu’on peut reconnaître, mais par le geste. J’aime observer les mains. Elles existent sans mentir et sont le miroir de qui on est vraiment. La main est franche et transparente. Tantôt délicate, tantôt plus forte, elle s’adapte et s’ajuste au besoin du jour. Voici donc «Mon tour Tunisien».
Le geste nous situe par rapport à celui qui le pose. Montres-moi ta main, je te dirai qui tu es.

Présentée au Café L’Effet de serre, Saint-Bruno-de-Montarville en mars 2012.
Présentée au Centre culturel de Beloeil en février 2012.

4Hommage à l’absence

Hommage à l’absence

Pourquoi enlever les humains dans l’image? Surement pas pour les exclure, j’aime quand il y a du monde. Je me suis pris pour un metteur en scène. Peut-être par paresse. C’est plus simple si je n’ai pas à les diriger. Ils n’ont pas à jouer de rôle pour rendre plausible mon histoire, puisqu’ils brillent par leur absence. Et si c’était simplement pour jouer, pour le plaisir. Le plaisir d’être ailleurs, de prendre le temps. Comme si j’avais appuyé sur pause……ou plutôt, comme si on prenait une pause. Créer une ambiance, diriger la pensée, comme la première image d’une scène au cinéma.

Présenté au Centre culturel de Beloeil en février 2011

3Sauvages:

Sauvages

Ces photos sont certifiées biologiques, écologiques et équitables; aucun pesticide ou  additif. J’ai voulu que ces images soient poetically correct. C’est à fleur de pot que je me livre à vous.  J’ai longuement effleuré le sol. J’y ai cherché une nouvelle vision. Je m’y suis enraciné, dans le but de voir éclore ce projet. Cette quête fut florissante pour moi. J’ai voulu photographier ces fleurs qu’on assassine à grand coup de pesticides, faute de temps pour les admirer. J’ai tenté de jeter un regard de poète sur les petites fleurs que la nature fait pousser sans l’aide de l’humain, voire contre son gré. Je vous les présente en version désordonnée, sans pré arrangement. J’aimerais offrir ce bouquet d’images à toutes les âmes qui sèment.

Présentée au Centre culturel de Beloeil en octobre 2009

2Ho Les mains!

J’aime tous les travaux manuels, tout ce qui a trait au toucher m’inspire. Les mains sont fines, gracieuses, agiles. Elles sont vraies, ne jouent pas de rôle. Elles en disent long sur la personne attachée au bout du bras. J’ai voulu rendre hommage à cet outil sous-estimé. J’ai donc cherché, un peu partout, les mains les plus gracieuses, les plus expressives, les plus douces, les plus touchantes. Voici le fruit de mes recherches. J’ai l’impression d’avoir simplement effleuré le sujet. Elles sont croquées sur le vif, ne posent pas. Elles sont au naturel et font ce qu’elles ont l’habitude de faire. En espérant que ces mains sauront vous toucher…Au moment où tout me pousse à prendre ma vie en main, je choisis de prendre des mains en vie. Si vous avez une ou deux mains et que vous aimeriez contribuer à cette expérience, n’hésitez pas à me contacter.

Présentée au Centre culturel de Beloeil en novembre 2008


1Collectif Kilomètre-photo

De septembre 2005 jusqu’à l’été 2013, j’ai participé aux activités du Kilomètre-photo à Beloeil.
Je vous propose donc quelques photos que j’ai présentées aux expositions collectives, à la bibliothèque de Beloeil.

Présentée à la bibliothèque de Beloeil entre septembre 2005 et août 2011